26/05/2017

Bâlois 3, Valescos 0

De bleu, de bleu… !

J’y pensai dès l’aube à la rigolade et au foutage de gueule que mes potes g’nevois et mézigue on allait s’payer c’midi au bistroquet de la Queue-d’Arve en retrouvant nos Valescos découpités.

Vite fait sur le gaz, j’ai faussé compagnie à mon dirlo sur le coup de midi moins quart, sauté sur ma mobylette des années septante et m’suis retrouvé jouasse, devant un verre de Perlan, comme un caniche devant le postérieur d’une chihuahua portugaise. Le tout en cinq minutes chrono. 

Tu parles que j’voulais pas rater l’début ; déjà qu’ils nous avaient pompé l’air durant des plombes avec leur 14ème victoire de coupe contre les branleurs de Bâle.

T’aurais dû voir leurs tronches aux gulus d’Isérables, Vex, Ardon, Sion, Sierre et Tourtemagne. Tudieu l’enterrement. Pour t’faire une idée tu mélanges le faciès de Cyril Hanouna avec celui de Mimi Mathy, t’écrases le tout et tu t’retrouves avec les gonzes kétaient hier au stade de G’nève déguisés en rouge et fendant. Par charité humaine j’citerai par leurs patronymes ici, à part p’t’être Emery qui déteste Servette…et Savioz qui déteste Plan-les Ouates…et aussi Bonvin qui déteste Collex-Bossy... et aussi Fellay qui déteste Hermance.

Bref ! Z’avaient déjà la tête entre les fesses d’avoir un peu trop picolé au soleil durant la première mi-temps, et d’avoir pleurniché toute la nuit sur l’épaule de leurs bobonnes… z’ont vite compris qu’en matière de batoille et de grandes gueules, nous, les gonzes du bout du lac, on était imbattables.

Le plus poilant c’est quand Mimile a osé ramener sur la moquette (Y a pas d’tapis à la Queue-d’Arve) le fameux « esprit «  valesco ki ceci, ki cela… celui ki nourrirait au biberon les p’tits nières des maternités  entre Gletch et Le Bouveret. Julot a failli en perdre son clapoir supérieur Kukident tellement y s’bidonnait.  L’a sorti d’ses fouilles la liste des joueurs du mec Constantin et l’a lue en s’pissant littéralement parmi. « Tu veux dire Mitryushkin, Zverotic, Adao, Konaté, Lüchinger, Pa Modou, Ziegler, Salatic, Constant, Akolo ? Tous des bons p’tits gars élevés cathos, raclette et Johanisse? T'as raison, pour des Valescos, c'est des Valescos!

De bleu, de bleu… ! L’pinard a failli tourner  vinaigre. Heureusement on a été sauvés par le gong. Mécolle j’ai renfourché ma mob, redis salut à mon dirlo (un Vaudois de Tolochenaz) et m’suis r’plongé dans mon train-train d’turbin, priant l’p’tit Jésus que Saint-Gall les épargne bientôt en championnat ; sinon on risque de perdre à jamais nos joyeux boulistes du Rhône.

A la r’voyure.

Le Groumeur genevois

18:16 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

24/05/2017

Bonnant franchit le Rubicon

De bleu, de bleu…. !

V’là que Bonnant franchit le Rubicon et va plaider la cause d’Addor devant les tribunaux valescos. J’voudrais pas être méchant mais j’suis pas sûr ki-zauront tout compris d’sa plaidoirie les juges du coin. Ou alors ki-zauront fait appel à Christian Constantin pour la traduction. Quoique ! J’suis même pas  certain que les deux puissent se comprendre entre eux.

Or donc, et pour autant que n’ayez pas suivi l’historiette, Jean-Claude Addor, ancien juge d’instruction assez jouasse et conseiller national UDC, s’la joue « djeune » en 2014 et dit tout son amour pour les islamistes sur « fesse de bouc » et « tuiterre » ; « On en redemande » écrit-il après une fusillade devant la mosquée de Saint-Gall qui fit un mort dans la communauté albanaise.

Pour Marc de Bonnant-de-Genève-et-du-dix-huitème-siècle-triomphant,  si je résume bien sa pensée, tout ceci ne serait que pure palinodie ; Addor ne veut pas d’un Islam triomphant et donc circulez y a rien à voir.

De bleu, de bleu… ! J’me régale déjà à l’idée de lire les considérants du jugement que rendra bientôt le président Zuber.

Pour mes potes Valescos d’la Queue-d’Arve, « y va s’prendre une raclée ton ami Marc. « L’aurait mieux fait d’aller titiller Bribri Trogneux-Macron sur ses anciennes tendances pédophiles » me susurre à l’escagoince Mimile le teigneux dont la fille, alors mineure, eut à subir les assauts d’un trentenaire. L’en a gardé une rancune tenace le Mimile. T’aurais dû l’entendre durant la campagne présidentielle : « Macron veut des ministres de grande moralité et sa femme alors ? »

J’dois dire que l’idée d’un faux procès théâtral, dont raffole Bonnant, sur la pédophilie selon que vous serez puissant ou misérable, selon que vous serez prédateur mâle ou femelle, m’enchante.

Le groumeur g'nevois

08:13 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | |

01/05/2017

Entrer dans la grande pétaudière

De bleu, de bleu… !

C'est le 1er mai et j'suis au turbin en train de siroter une pression. Même pas eu l'temps de passer à Cornavin pour acheter un brin de muguet pour Bobonne. J'ai une excuse qui devrait plaire à Ruetschi et à Mabut: j'avais hâte de lire la Julie. J'aurais pas dû!

Ça f’sait des lustres que j’avais perdu de vue François Cherix, le mec du NOMES (Nouveau mouvement européen suisse). J’croyais qu’il s’était réfugié au fin fond des pays baltes ou au Grand-Duché du Luxembourg. Faut dire qu’il s’était ramassé une telle dérouillée lors des votations sur l’Europe… Ben non ! J’viens de r’voir sa tronche joufflue et barbue dans les gazettes. Tout chenu kil est devenu le gonze ! Il ne lui manque que la boucle d’oreille et le capet d’armailli pour ressembler à un Uranais k’aurait émigré à Charmey ; y manquait plus qu’le son pour que j’m’étrangle complètement.

Pas rancunier pour un rond le François ou alors complètement barjot. Selon lui   « La Suisse doit impérativement stabiliser puis reprendre son intégration européenne (.) et choisir son camp face au nationalisme »

Y m’fait penser au petit tailleur de Londres qui, s’adressant à la cour d’Angleterre pour défendre ses propres intérêts dans une lettre pamphlet, écrivait : « Nous peuple de Londres… »

Va falloir k’il redescende de son botte-cul le Cherix d’ces damnés europhiles. Y paraît qu’on « perdrait notre temps en tergiversations diverses ». Tu les as vues où les tergiversations mon chocolat Cherix ? T’as d’jà entendu parlé du mot démocratie ? Tu sais, ce truc qui donne au peuple tout pouvoir ; même de dire non à la grande pétaudière.

Réjouissons-nous mes frères ! Le Cherix bibi va lancer une campagne à « grande échelle » de sapeur-pompier-ponne-œil. Ça va s’appeler « ChezMoiC’estl’Europe » un slogan que ne manqueront pas d’entonner les migrants des radeaux de la Méduse et les Ecossais en kilt.

Et chantons en chœur le pays romand… !

 

Le Groumeur g’nevois.

12:41 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |