06/02/2017

FC Sion. Le cul au goulot.

De bleu, de bleu… !

Mézigue peinard dans mes charentaises, Bobonne à la cuistance pour une longeole de derrière les Charmilles, et v’là mon copain Julot, ancien fonctionnaire valesco ka pris sa r’traite du côté de Carouge qui vient me frapper la tocata à la lourde. « Va ouvrir feignant ! » qu’elle m’hurle dans les esgourdes la daronne. « Tu vas pas me croire – ki m’dit cézigue – tu sais où j’étais c’wik ande ? J’suis retourné dans ma vallée pour aller voir la tronche des sept mille poireaux qui soutiennent la choucroute annuelle du fotteballe Sion. Au bout d’une vingtaine de minutes, à ma table, toutes les bouteilles avaient le cul au goulot ».

Il est comme ça Julot. Il aurait pu faire la pige à Audiard lui-même. Les expressions les plus triviales sortent de ce qui lui sert de râtelier au moment où vous vous y attendez le moins. « A propos de cul au goulot - ki m’a dit -, t’aurais pas une topette qui aurait le cul au bon endroit ? Bobonne m’a jeté un œil en forme de lance-flamme quand, m’acquittant de mon rôle de puissance invitante un peu forcée, j’ai débouché un Perlan (pris) (vanne primesautière d’un restant de potache) tout exprès de ma cave blanche qui trône dans la cuisine.

Au deuxième flacon, on est passé à table à côté de tata ronchon qu’en a marre de voir s’radiner les potes de son vieux à l’heure de la bectance. Et là, pendant deux plombes, y nous a conté sa soirée octodurienne dans les moindres détails. Et Constantin par ci, et les m’as-tu vu par là, et les mecs en costard, et les gonzes endimanchés premiers communiants, et les nières qui voulaient être sur la photo et ceux qui cachaient leurs gonzesses adultérines. Quand je lui posé la question d’la vedette de la soirée, Jamais le De bouze, y m’a répondu aussi sec : « L’est pas venu, l’était constipé ! Tu parles d’une bouse ».

Bref ! On s’est bien marré. Bobonne s’est quand même vengée sur le palier quand y s’tirait en lui jetant : « Dis voir Julot, t’es au courant que le lendemain ton FC Sion s’est pris une déculottée à Berne ?».

De bleu, de bleu… quand j’l’ai vu emprunter l’escalier, l’ami Julot avait l’air d’avoir le cul au goulot. « J’insiste pas ? un dernier p’tit ballon pour la route ? ». L'a pas insisté le Valesco.

Et ce s’ra tout pour aujourd’hui !

Le groumeur genevois.

19:13 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.