08/02/2017

Rémy Niscence (poète des Eaux-Vives)

De bleu, de bleu… !

Bobonne prétend que j’ai les chevilles qui enflent depuis que j’ai ressorti de ma valoche électronique quelques blogs, naguère postés ailleurs qu’en la Julie,  et que j’exhibe fièrement devant mes potes.

En v’là un que j’avais griffonné en mai 2012 quand le Toumou avait craché Sarko comme un vulgaire noyau d’olive :

Le favori de Pascal Décaillet – s’rait pas un peu déconneur votre chroniqueur préféré ? -  vient de faire main basse sur l’hexagone et va te l’aplatir dans les douze mois. Va falloir qu’on songe à construire des digues pour protéger les polders et les Français de la grande inondation. Il paraît que Porrentruy propose une arche à tous ceux qui ne savent pas nager mais qui ont quelques moyens ; c’est vrai que le TGV vient de désenclaver le pré des Béliers.

Moi, ce qui me fait particulièrement marrer, ce sont les mines réjouies des gauchos du PAF (patrimoine audiovisuel franchouille) et du POF (parti opportuniste franchouillard).

Faillait voir hier soir le visage extatique du journaliste socialo Jean-Michel Apathie chez Denisot. On aurait dit Jeanne d’Arc-au-bûcher devant une crème brûlée. Fallait voir aussi dans la même émission Royal, l’ex-femme du Néerlandais, un peu déçue du nombre de marche pieds qu’elle a ratés dans sa vie, mais qui se réjouissait du népotisme du  « Hollandais pesant »  qui va essayer de lui attribuer le perchoir de l’Assemblée nationale.

Y en même un qui a osé lui poser une question sacrilège : « Comment se fait-il que Hanchois 1er rejoigne Paris en jet privé. » Pas du tout embarrassée pour deux ronds la mère Ségolin s’est livrée à un exercice de style à côté de quoi un discours de Marc Bonnant ressemble à un baragouin des Pâquis une nuit de cuite au Bataclan.

J’ai même vu Stéphane Guillon, le pourfendeur de Sarko et de toutes les droites, jurer ses grands Dieux qu’il avait toujours déglingué à droite autant qu’à gauche.

De bleu, de bleu… ! Angela Teckel doit s’attendre à quelque surprise et Obama va pouvoir chanter le blues sur son vélo d’apparte sur l’air de « Yes bé cane ».

De bleu, de bleu… ! C’est pas giron ça ?

« Fais gaffe à tes cheville, m’a dit Bobonne,  à ton âge, si elle pètent, va falloir que t’apprennes à pisser assis. »

Le groumeur genevois.

07:24 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.