16/02/2017

Pénélope et le canard

De bleu, de bleu… !

Si vous lisez mes chroniquettes vous aurez fait la connaissance  de mon voisin Julot, le roi de la formule.  Hier soir (Bobonne jouant au rami au Café de la Pointe avec ses amies des TPG),  il est venu m’rendre visite et nous nous sommes mis à siroter un aligoté bourguignon pas dégueu. Au hasard des lieux communs et des babillages stériles, on a réussi à évoquer un truc plutôt rigolo ; l’affaire du roi François de la maison Fillon

 « De Dzou – kil m’a dit – le Julot, j’suis sûr que tu t’souviens plus d’tes cours d’histoire en 3ème à Calvin.  Tu vas voir c’est à s’pisser parmi, tout est dans la mythologique mon poteau : Coute bien ! Pénélope est un nom grec signifiant « Canard sauvage ». On raconte qu’un zig appelé Nauplios aurait voulu venger la mort de son fils, tué par Ulysse, le mari de la Pénélope, en lui annonçant sa mort. Tu me suis ? – Mécolle j’avais le clapet fermé, impatient d’entendre la suite – Bref ! Ni une, ni deux, la pôvre Pénélope, désespérée, se fout au Lac et ne doit son salut qu’à une famille de canards sauvages. Ça te troue l’cul hein ? »

Ouaips ! – ai-je rétorqué - Le seul truc qui cloche dans ta mythologie de  l’histoire Fillon, c’est que c’est un canard enchaîné qui a dégommé la gueuze et non un canard sauvage qui l’aurait sauvée du naufrage.

« T’oublies l’essentiel ! C’est pas Pénélope qu’est visée, c’est Ulysse. Et si tu t’souviens bien il a dû s’attacher au mât pour ne pas succomber au chant des sirènes de police et a fini trucidé par Télégonos, patron des journalistes de téloche ».

Du Julot tout craché quand il a conclu sa démonstration, tout en sirotant un dernier verre,  par ces mots : «  J’ai un peu arrangé la fin mais t’avoueras que si la mythologie dit vrai : Le canard aura finalement sauvé Pénélope des pattes d’Ulysse qui va s’faire dégommer par Télégonos et Médiapart.

Après ce chef d’œuvre de logique prémonitoire,  on a attaqué une autre discutaille avec ces mots introductifs de Julot: «  T’as vu Armstrong, jamais dopé, rien dans le pipi, rien dans les reins, tout dans les coucougnettes. Eh ben les Amerloques lui réclament cent millions de dollars ».

Heureusement j’ai été sauvé par Bobonne qui v’nait de se pointer au logis en criant :

« La voiture balai va ramasser tous les poivrots, dopés à l’Aligoté ou pas. Ouste ! du balai. »

Et ce sera tout pour aujourd’hui.

Le groumeur genevois

13:01 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

Commentaires

j'espère que le gourmeur/groumeur a des bottes de pêcheur, sans ça je lui propose les miennes!

Écrit par : Dominique Degoumois | 17/02/2017

Les commentaires sont fermés.