21/02/2017

Le doyen est mort. Vive le doyen!

 

De bleu, de bleu… !

Il paraît que le doyen de la Suisse vient de clamser.  

« Le Bullois Pierre Gremion est décédé, nous apprend la Julie du coin. Le Gruérien s'est éteint au foyer médicalisé  «La Rose des Vents» à Broc (FR), à l'âge de 109 ans. » Et d’ajouter : «  Il aurait fêté ses 110 ans le 5 mars prochain. » 

De bleu, de bleu… ! Si je suis leur raisonnement il aurait eu 150 ans le 5 mars 2057 et 160 le 5 mars 2017. C’est ce qu’on appelle de la prospective dynamique. Un peu comme si les astronomes nous annonçaient que si la terre avait été plus proche du soleil Pierre Gremion, de son vivant, aurait été davantage bronzé.

Or donc, si  l’on en croit c’t’info, nous n’aurions plus de doyen.

Un peu con ce genre de nouvelle !

Tiens ! L’aut’jour, Bobonne, après une choucroute maison de derrière les nigauds alsaciens, m’a j’té : « Ya plus d’choucroute» comme elle aurait dit « J’ai plus de calebard ».

Or, depuis que le monde est monde le poste de doyen ou doyenne est en permanence occupé et pas près de s’éteindre. T’as un vieux (ou une vieille) qui passe l’arme à droite (pourquoi toujours à gauche), t’en as un autre qui prend la relève.

C’est comme les cons, les blondes, les Trump, les Macron ou les alcolos… C’est ce qu’on appelle des générations spontanées.

Et d’main, ou après d’main, pendant quelques secondes je serai à mon tour le doyen de mon quartier et signerai une dernière épitaphe : Ici repose le groumeur g’nevois… mais rassurez-vous, à G’nève, la race n’est pas près de d’éteindre !

Et ce s’ra tout pour aujourd’hui.

 

 

Le Groumeur genevois

08:48 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

Commentaires

"Si la terre avait été plus proche du soleil (...)".

Tôt ou tard, Pierre Gremion devait s'éteindre. Au plus tard, en même temps que le soleil.
Les scientifiques nous expliquent en effet qu'un jour le soleil s'éteindra (lire, par exemple,
«http://www.tdg.ch/savoirs/sciences/Le-jour-ou-le-Soleil-s-eteindra/story/11233691»).

Ce jour-là, il n'y aura plus de doyen. Puisqu'il n'y aura plus personne.

Sum si sol sit.

Omnia sol temperat.

Sauver la planète? C'est peine perdue. Pour cela, il faudrait pouvoir sauver le soleil.

Écrit par : Mario Jelmini | 21/02/2017

Les commentaires sont fermés.