03/03/2017

Sauvez Barthasse!

 

 De bleu, de bleu…

V’là qu’les niolus et les journaleux cherchent des noises au mec Barthasse. Fait pas bon être péouse par les temps qui courent, même quand le péouse en question est dev’nu Conseiller d’Etat.

Mécolle j’les aime bien les Barthasse, surtout un avec qui j’ai fréquenté les bonnes écoles cathos et qui nous bassinait avec les récits de Compesières et sa commanderie, et son Saint Sylvestre, daron de l’église, et ses patati et bartassat. On avait beau lui dire qu’on s’en tamponnait les cardons et les cuisses de poulettes, il insistait cézigue « Vous n’êtes que des rabat-joie, des Jean foutre… ! »

J’me suis vengé un dimanche à l’heure de la grand messe sur le stade de fotteballe voisin. Une piquette on leur a mis aux chevaliers de la commanderie. Il l’a un peu moins ramené son ratelier. L’est même dev’nu carrément le bon nière quand y nous a invités à la ferme pour bouffer des abattis de cochon que son père v’nait de tuer avec un solide coup de marteau entre les deux yeux. Un de nos potes a dégobillé, un autre a eu un semblant de vertige et moi, lâche comme un perdreau qu’aurait appris que la chasse allait s’faire au lance flammes, j’ai prétexté un rendez-vous bidon avec ma mère sur les quais d’Versoix.

Au fait j’en étais où ?

Ah ouais ? Barthasse. Tudieu comme ça vole bas dans la mare aux canards !

Pour la comm..unication mon vieux Luc, va falloir appeler Piccard à la rescousse, cézigue c’est le seul mec capable de vous enphysiquer  n’importe quel  suppositoire à idée dans c’ki t’reste de cervelet après quatre trépanations et un stage chez les Vieux Grenadiers.

Non mais t’as lu sa prose. « J’voulais faire mes paiements à la poste avant de partir me faire bronzer la tronche et j’avais plus rien dans ma fouille… le faisant j’ai sauvé la dite poste. »

Comme dirait le mec des Marquises : « Faut vous dire que ces gens là M’sieur, on touche pas aux éconocroques.. on d’mande des avances… on compte ».

Perso j’trouve ça assez balèze comme raisonnement. Sont comme ça les péouses de l’ancien Duché d’Savoie ; faut toujours une réserve de foin, des fois qu’les aristos d’la rue des Granges voudraient refaire le coup d’la marmite sur leurs gueules en leur ponctionnant des impôts sur les « moissonneusesbatteuseskifontleboulotdesouvriers ».

Ben mon colon, y nous reste un geste à faire en priant Julie, la nanette de l’éponyme, qui fait la quête pour ses bonnes œuvres juste avant la Nativité, de lancer une action : Sauvez Barthasse ! Sauvez la poste !

Et ce s’ra tout pour aujourd’hui.

Le Groumeur g’nevois.

15:00 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Il a un gros besoin d'essence ......................pour sa moto WROOOMMMMMM/WROOOOMMM!

Écrit par : Dominique Degoumois | 03/03/2017

Les commentaires sont fermés.