29/03/2017

Haute-Savoie-exit

Réunir mes potes Mimile le G’nevois, Julot le Valesco, Christian le Haut-Savoyard à la table de mécolle le groumeur invétéré pour déguster un Chivas, sensé fêter le début du Brexit, apporté en caisson de dix flacons par Archie, authentique British souverainiste établi sur les bords du Lac de G’nève depuis deux lustres et demi… ben croyez-moi les gars, ça valait le détour. T’aurais vu Bobonne !

Elle a tenu à peine la moitié d’une plombe avant de r’fermer la lourde avec une rare violence.

Ça avait pourtant bien démarré. Archie nous avait vanté l’Empire britannique le temps d’un premier godet, au deuxième y s’était levé en braillant délicatement « God save the Queen », au troisième il prétendait reconquérir la Rhodésie, au quatrième, beurré comme un p’tit Lu, il a baragouiné un truc inaudible avant d’se précipiter aux cagoinces dans un râle d’agonisant.

Mimile, jamais en reste d’une connerie, en a profité pour imiter l’accent d’Archie et proférer sur un ton aussi sentencieux que Longchamp : Vôu, vôu souvenez de la décès de Lédi Daiana dans le tiounnel? Well ! Ce que la Qouine Lizabeth n’avait pas réussi à faire, Mercedes l’a fait.

Nos zigues on n’a pas eu le temps d’se bidonner. Archie, braguette et zigounette prenant encore l’air du large et k’avait entendu Mimile, s’est mis à hurler : « Bloody Hell ! you Ars hole ! » que l’on pourrait traduire par : « Mes chers amis qu’entends-je alors que je suis délicatement en train de faire uriner mon colosse dans la cuvette de votre lieu d’aisance ? Il me semble que votre anus souffre de quelque indélicate pustule obstruant singulièrement votre raisonnement. »

Du coup Mimile qui pige l’anglais comme moi le japonais d’avant Fukushima s’est tassé sur son siège tout en chopant la boutanche de Chivas par le col avant de lâcher « Exciouse mi maille lorde ! »

C’est l’ami Christian ka sauvé la soirée en saluant bien bas le Brexit et en lançant le babillage sur la comique présidentielle frouzienne et l’idée de « hautesavoyardexiter son département » germée dans le cortex d’ses potes d’Annemasse, avec un rattachement à l’Helvétie.

Julot, k’avait bu que deux ou trois gobelets, s’est mis jacter comme quoi l’idée n’était pas aussi nouvelle que son caleçon Calida, et que les conozots du Conseil fédéral de 1860,  protestants pour la plupart, avaient eu la trouille de voir tant de cathos déséquilibrer l’équilibre cultuel.

Y a eu tout-à-coup une molle dans la soirée (j’parle évidemment pas de Bobonne qui v’nait de rentrer… quoique !).

On avait éclusé les dix flacons, commandé trois taxis Hubert-Bonniseur-de-la Bath pour filer au pieu sans accroc les rhétoriciens et décidé que ce s’rait à l’eau d’Evian et à l’aspirine kon r’prendrait la converse sur le Brexit et le Haut-savoyard- exit.

Et ce fut tout pour la soirée.

Le Groumeur g’nevois.

19:23 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.