13/04/2017

Et pîtres de Pâques

De bleu, de bleu… !

Après les tribulations scolaires de mon n’veu venu pêcher la bonne parole chez son tonton, c’est Mimile qui déboule avec un sauciflard du Tessin et une boutanche de Valpo. « Demain c’est Vendredi saint mon zami ! Faut fêter ça ! »

À ma mine plutôt dubitative et craignant d’me voir, moi le catho, gueuler au blasphème il s’est empressé d’ajouter : « T’as vu la dernière du capitaine de pédalo ?  L’est vraiment impayable le gusse ! V’là un mec ka réduit le parti socialiste et la France en cendres et ki s’permet de donner des leçons sur sa succession. C’est un peu comme si Valérie Trierweiler venait donner une conférence sur l’élégance, Mitterrand sur la fidélité, Ségolène sur Mamzelle Julie Flamby, le Pape François sur le PACS, Mc Do sur la bonne bouffe, les G’nevois sur la traversée d’la rade, les Gros d’Vaud sur l’accent parisien, François Longchamp sur l’tiercé, Daniel Auteuil sur le quarté, Stéphane Lambiel sur Guzmeroli, les Valescos sur les conflits d’intérêt, les Pygmées sur les joueurs de NBA, les Inuits sur les radiateurs à gaz, Salerno sur les bagnoles, Céline Amaudruz sur la Croix bleue, Rocco Siffredi sur la circoncision, un réverbère sur les pissotières, les CFF sur le low cost, un réfugié afghan sur le suissairtütche …. »

S’il n’avait eu une soif de poivrot devant un litron de Beaujolpiffe, j’ai bien peur que je n’aurais pu l’arrêter. L’était dans tous ses états Mimile ; en transe comme Calmy-Rey en tchador chez les émirs ou Marie-Thérèse Porchet en érection. L’a fait une pause casse-croûte, a failli s’borgner avec son couteau militaire en coupant les rondelles charcutières, puis, quasiment en apnée, bouche au goulot, l’a repris de plus belle :

« Non mais t’as vu jusqu’où y pousse le vice ? Y joue même les rigolards devant un parterre (assis) de jeunes godelureaux en disant que « Vouiii ! Bien sûûr.. faut aller dans le sens de la MARCHE… mais kévidemment je ne vous donnerai pas mon favori… »

On s’est poilé un bon moment grâce à Mimile. Même Bobonne, cachée derrière son fer à r’passer s’marrait en douce.

Ce soir c’est l’mec Hamon ki doit être joyeux. Désigné par la primaire des socialos, réconforté par la Mère Aubry, soutenu par la case neuve de l’oncle Tom et par le Sapin dont on fait les cercueils, j’le trouve assez conforme à c’te fin de semaine :

Vers la neuvième heure (trois heures du soir), Jésus jeta un grand cri, et dit : "Mon Père, je remets mon esprit entre vos mains". Et, inclinant la tête, il expira.

De bleu, de bleu… ! Tout à fait entre nous pas sûr qu’Hamon ressuscite c’dimanche.

Et ce s’ra tout pour ce jeudi saint.

Le Groumeur g’nevois

16:09 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Délicieux cuilà, j'boude pas mon plaisir. Et du coup je m'sens plutôt bien en G'nevois.

Écrit par : Pierre Jenni | 13/04/2017

Répondre à ce commentaire

Sauf pour la rade... Là j'me fâche vite.

Écrit par : Pierre Jenni | 13/04/2017

Répondre à ce commentaire

Surtout avec ce qu'ils nous concoctent dans les hautes sphères...
http://mobilite.blog.tdg.ch/archive/2017/04/12/pourquoi-diable-geneve-a-retenu-pour-sa-traversee-du-lac-le-283323.html

Écrit par : Pierre Jenni | 13/04/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.