11/10/2017

Puigdemont alias Coïtus interruptus


De bleu, de bleu...!
Bobonne et moi sommes tout remués par les soubresauts post guerre civile espagnole. Faut dire qu'on a traversé c'pays en long, en large et en travers (sutout en traviole) depuis notre mariage qui remonte presque à Mathusalem le 14ème. De Formentera à Saint Jacques de Compostelle, des Cantabriques en Andalousie, des Picos d'Europa à la Sierre Nevada, de Arenas de San Pedro à Alicante en passant par Madrid, on a presque tout vu, tout mangé, tout bu. On pourrait même vous indiquer les meilleurs troquets où l'on sert les meilleures tapas, les meilleures tortillas de patatas et les pires paellas au chorizo que même Nadal n'aurait mangées.
Or donc, après cette brêve introduction prouvant notre connaissance du royaume démocratique et néanmoins tauréen, faut que j'm'en vienne au sujet de ce bloguinet.
Si, comme moi, vous baragouiner un tant soit peu la langue de Don Quichotte et de Juilo Iglesias, et que pour le surplus vous avez suivi hier soir en direct sur le site de "La Vanguardia" la prestation du président de la Catalogne, El Senor Puigdemont, vous aurez compris pourquoi intitulé-je ces quelques phrases: Coïtus interruptus.
De bleu, de bleu...! Fallait s'accrocher aux lustres et à l'encyclopédie Salvat (Larousse espaingoin) pour comprendre où il voulait en venir le gusse.
"Je suis chargé par la majorité catalane de vous dire que nous sommes désormais indépendants; toutefois le mot indépendance ne sera pas encore de mise car nous allons l'attacher avec des pincettes à linge sur la corde de la démocratie jusqu'à ce qu'il soit bien sec et prêt à l'usage. Entretemps nous irons discuter l'bout d'gras avec nos chers amis espagnols et leur demander si, au cas où nous poursuivrions notre quête, ils seraient d'accord de prendre nos dettes à leur compte et de ne pas toucher au classico entre le Real et le FC Barça."
Bon, je me suis permis quelque liberté dans la traduction mais grosso modo c'est ça.
Tu prétends, tu joues sur l'émotionnel, tu sèmes le chaos, tu crées la confusion, tu te complais dans ce que tu as créé, puis tu te retires, la queue entre les jambes en disant: "C'est pas moi M'sieur, surtout n'invoquez pas l'article 155" Même Mariano Rajoy s'est fendu c'matin d'une question à Puigdemont: "Finalement tu l'as déclarée c'tindépendance? J'ai rien pigé à ton discours alambiqué"
Plus trivialement c'est tout-à-fait l'enseignement sexuel que me fit mon père à l'époque où la méthode Ogino régnait en marâtre sur les relations garçon et fille.
"Fils, me disait-il, si tu ne veux pas de problème, pratique le coïtus interruptus!
Ce que, en bon fils, je fis!
Et ce sera tout pour aujourd'hui.
Le Groumeur genevois.

17:32 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Excellent ! quand à semer la confusion pour embrouiller tous les esprits il faut croire que c'est dans l'air du temps Il suffit de regarder du côté de l'Elysée
Bonne soirée

Écrit par : lovejoie | 11/10/2017

Répondre à ce commentaire

Les citoyens précaires européens (fracture sociale majeur dans tous les pays d'Europe de l'Ouest!) sont les premières victimes d'une Europe de Bruxelles totalement autiste, incapable de faire marche arrière sur certains points! Dans quels pays "les laissés pour compte du miracle européen" vont ils pouvoir demander le statut de réfugiés économiques européens?

Écrit par : dominique degoumois | 12/10/2017

taubira voulait faire pareil en Guyane et jamais je n'ai lu de commentaire de ce genre sur elle!

Écrit par : dominique degoumois | 11/10/2017

Répondre à ce commentaire

C'est un bon résumé de la situation actuelle, il est vrai que Puigdemont n'a pas été très futé sur ce coup.

Mais pour comprendre un peu mieux ce binz, il faut remonter à 2006 et la fameuse campagne du PP, menée par notre ami Mariano, contre le nouveau statut d'autonomie de la Catalogne, pourtant approuvé par les Cortes generales. Spectacle affligeant, qui a abouti à un arrêt de 900 pages du tribunal constitutionnel équivalent à une déclaration de guerre envers les Catalans.

Manque de pot pour notre ami Mariano, il est devenu président du gouvernement et a du gérer sa merde par décrets, en réduisant encore l'autonomie de la Generalitat de Catalogne. Il ne faut donc pas s'étonner de la montée en puissance des indépendantistes.

Qui sème la merde récolte de la merde. Il a voulu jouer au plus malin, il ne peux s'en prendre qu'à lui même.

S'il applique le fameux article 155, ça va lui coûter sa tête et il l'aura bien cherché.

Écrit par : jacphil | 12/10/2017

Répondre à ce commentaire

Dans ma phase tantrique je n'étais pas peu fier de maîtriser l'éjaculation et content de pouvoir profiter de cette étonnante énergie dorénavant disponible.
Jusqu'au jour où mon père m'a suggéré que ce n'était pas sain et que je risquais d'en payer le prix fort.
Je ne sais pas où il est allé chercher ça, mais cela a suffit comme excuse pour interrompre cette pratique un peu austère. J'ai opté pour le retrait qui est une bonne demi-mesure. Il semble que le gouverneur Catalan en ait compris les vertus.

Écrit par : Pierre Jenni | 12/10/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.