17/10/2018

Devine qui m'a fait Roi!

De bleu, de bleu....!

A vous qui lirez ce titre et le papelard qui suit, n'y voyez aucune ressemblance! Donc n'attendez pas de nouvelles révélations sur la chute de Maudet (jusque là ça va il ne s'est pas encore écrabouillé sur le sol), ni sur le désamour des Franchouillards pour Macron (Il ne s'en rend pas compte tellement Bribri s'emploie à protéger son poussin d'amour)

Rien de tout ça. Encore que pour une fois la titraille résume assez bien l'fond de ma pensée que vous trouverez quelque part aux tréfonds de mon ciboulot. J'vous résume:

Bobonne et moi étions hier soir élégamment avachis sur notre canapé en zieutant la téloche (je dis élégamment parce que j'avais gardé mon falzard et Bobonne son sous-tif).

Sur l'écran, Henry, Charles, Albert, David, Duc de Sussex, plus couramment appelé Prince Harry, sixième dans la succession au trône, et sa donzelle roturière Meghan Markle, rendaient visite à leurs lointains sujets d'Océanie.

Et j'te fais des courbettes, et j't'embrasse, et je t'enlace, et j'te dis toute mon admiration (et je n'ose pas te dire que t'es mal rasé et que le chapeau d'ta gonzesse est aussi laid que ceux de la Reine Mère...)

C'est à ce moment-là que Bobonne s'est renfrognée et m'a jeté:

- Pourquoi t'es couillon et pas roi?

Sur le coup j'n'ai pas vraiment eu la réponse vive et immédiate qui fait mon succès auprès de mes potes de la Queue-d'Arve. Même Sartre aurait été vachement coincé par la question.

- C'eût été vachement bonnard - a-t-elle poursuivi dans la bonne conjugaison - on habiterait un château avec plein de domestiques, on aurait du pognon, une Rolls et des tas de sujets qui brandiraient des drapeaux g'nevois sur notre passage.

De bleu, de bleu...!

En y réfléchissant j'me suis dit que la royauté était une sacrée connerie qui n'faisait rêver que les midinettes. J'me suis vaguement rappelé qu'en constitutionnel j'avais lu l'bouquin d'un certain Loewenstein qui avait assez bien résumé le cas.

"Est monarchique l'Etat dans lequel se rencontre un personnage qui porte le titre de roi ou d'empereur en invoquant un droit divin et qui choisit pour symboles le trône et la couronne."

Dans l'fond cette histoire du droit divin est assez commode.

J'me suis fabriqué une couronne en papier, j'suis allé posé mes miches sur le trône des toilettes, j'ai appelé Bobonne qui s'est ramenée vite fait et je lui ai annoncé la bonne nouvelle:

Voilà! Tu as devant toi, par droit divin, le Roi Couillon Ier de la Servette. Et rassure-toi, j'ai posé la question à Dieu. Comme il ne m'a pas répondu j'imagine qu'il n'y a vu aucune objection. 

C'est étrange Bobonne ne m'a plus adressé la parole de la soirée.

Le Groumeur genevois

08:08 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Bravo Groumeur !! Excellent :-))
Bon alors je pense que pour tomber le falzard et le sous-tif il aura fallu patienter et attendre un autre soir :-)

Écrit par : A. Piller | 24/10/2018

Cher Piller,
Je crains en effet que Bobonne n'attende encore quelques plombes avant d'ôter son soutif. Elle est plutôt pudique avec la loi de la gravitation.
Bien à vous
Le Groumeur

Écrit par : le Groumeur | 25/10/2018

Les commentaires sont fermés.