14/12/2018

Alors? C'est pour bientôt les gilets?

De bleu, de bleu… !

 J’vous ai souvent parlé de mes potes de la Queue-d’Arve que je rencontre presque quotidiennement au « bureau » où nous sirotons trois de Perlan sur l’air du tralalalalère tout en commentant la saga Maudet et, désormais, les turpitudes de nos voisins gilets jaunes.

 Hier à midi, Jeannot, après que j’eusse étalé ma science sur la question en victimisant les dits gilets de sauv(et)ages, m’a posé la question suivante :

- Dis donc tézigue, tu serais capable d’écrire un papelard sur la question sans avoir recours à tes g’nevoiseries habituelles ?-

 Chiche, que j’lui ai répondu, et tu verras que les gonzes sont bien moins violents que ceux qui les gouvernent. (J’évoque bien sûr les authentiques gilets jaunes et non les glandus casseurs.)

 Or donc voici le résultat : (en espérant que mes lecteurs genevois habituels me pardonneront d’écrire en français)

De bleu, de bleu...

 J’ai souvent déconcerté voire troublé Bobonne, mon auditoire favori, en affirmant que notre petite et bienheureuse société helvétique allait devoir faire face à un danger souvent imperceptible mais bien présent : les violences structurelles, véritables bombes à retardement dont certaines viennent d’exploser en France.

 " Mais au fait, c'est quoi la violence structurelle?"

Si la violence directe est générée par un ou des auteurs définis, la violence structurelle, elle, est la résultante des contraintes exercées par le pouvoir ou la société elle-même sur les individus. Elle ne choisit donc pas ses victimes car, dans la plupart des cas, elle ignore qu'elles existent. Agissant sans "bruit", on ne peut finalement en constater que les dommages causés.

Si toutes les tranches d'âge sont touchées, y compris les enfants, en revanche toutes les classes sociales ne le sont pas avec la même intensité; ainsi grandir dans la pauvreté ou une progressive paupérisation ne fait qu'accentuer le risque de subir des violences structurelles.

 L'ancien directeur de l'Institut universitaire d'études du développement (IUED), le professeur Preiswerk, s'est attaché à démontrer que la formule "vivre en paix" n'avait de pertinence que dans la mesure où notre société s'efforcerait à combattre simultanément la violence structurelle qu'il décrit comme "l'ensemble des conditions ou des actions détruisant les hommes dans leur être psychique, physique et spirituel de manière anonyme et sans qu'ils soient agressés personnellement par des armes". Les exemples qu'il donne sont particulièrement probants: enfants doués privés d'éducation en raison de leur appartenance ethnique, sans-abris mourant de faim au milieu d'un monde abondant en nourriture, personnes âgées abandonnées à des sorts peu enviables.

Le Diable se cachant dans des détails paraissant insignifiants, les travaux du Fonds national pour la recherche scientifique révèlent que les dangers de la route provoquent des interdictions permanentes pour une bonne moitié des enfants de cinq à sept ans : on ne joue pas dans la rue, on ne quitte pas le logement familial sans être accompagné, on ne fréquente pas les cours d'école si celles-ci servent également de zones de parcage etc…

Les effets de cet état de violence structurelle sont permanents en réduisant le degré d'autonomie des enfants et en brimant le développement harmonieux.

De la liberté de jouer et de se dépenser physiquement dans la nature on passe au confinement en chambre devant la console vidéo.

Si l'on confronte son idée générale avec la réponse que devrait donner la société, on se rend vite à l'évidence que l'ensemble des partis politiques reprend à son compte, et particulièrement en période électorale, cette "paix positive" en prônant la justice sociale, l'équité, l'égalité, l'émancipation, la responsabilité, la liberté et le bien-être mais en la foulant aux pieds dès qu’il s’agit de l’appliquer.

Dans un article paru il y a quelques semaines un économiste se penchait  sur l’impôt sur les grandes fortunes, abrogé par Macron, et la problématique des hauts salaires défrayant la chronique depuis quelques temps: je dis "se penchait" car je ne sais, après lecture attentive, s'il les considérait comme normaux et donc acceptables ou prohibitifs, et donc inacceptables. Certes il indiquait que "c'est (bien) au  niveau de la responsabilité sociale que se situe la différence entre les hauts revenus admissibles et la rémunération excessive; certes il nous dit aussi que l'argent gagné par l'entreprise appartient à ses propriétaires, les actionnaires et non aux managers mais, et dans le même temps il paraissait justifier les salaires des premiers de cordée, comme les appelle Jupiter.

Qu'il me permette néanmoins de lui opposer quelque réflexion de bon sens terrien. Chaque jour dont Rochebin nous entretient sur nos petits écrans, nous croisons, grâce aux témoignages des gilets jaunes, la misère d’une partie du peuple français, qu'elle soit psychique, physique ou structurelle - pour reprendre notre définition - chaque jour aussi nous croisons quelques héros et héroïnes, au Smic, qui, par leur travail et leur engagement peuvent prétendre au titre de meilleurs parents du monde, malgré des salaires très bas, malgré les privations, malgré leur volonté, leur rigueur et leur honnêteté, malgré les coups bas de la vie ou la plaie du chômage, du salaire ou de la retraite trop faibles.

Cette France des Sans-dents, cette France des gilets jaunes doit nous indiquer le risque d'une future Suisse d'en bas.

Le danger social est réel même s'il n'est encore que latent. Comment dire aux déshérités, aux opprimés, aux exploités et à la grande majorité des jeunes en quête d'emploi que la qualification d'abus en matière de rémunération des plus aisés n'est pas pertinente et qu'il ne s'agit que d'une juste et équitable rétribution appartenant à l'ordre des libertés fondamentales. Comment leur dire que des invitations fastueuses, du champagne à gogo, quarante mille francs de frais, dix-sept mille francs de téléphone sont choses banales dans le monde politique.

Ces rémunérations excessives, ces petits arrangements entre amis de même classe, me semblent rejoindre le syndrome du mâle dominant manifestant sa puissance à l'égard de la femme par des assauts de virilité ou d'asservissement, c'est-à-dire une combinaison habile ou primaire de violence structurelle et non structurelle.

Le moment viendra, hélas, où ces bombes à retardement exploseront sous nos fesses et où nous n'aurons plus que les mots pour dénoncer les maux.

 - T’as lu mon papelard ? ai-je interpellé Jeannot c’matin.

 - Ouaips, k’il m’a répondu, c’est ballot mais j’te préfère en groumeur !

 Et ce s’ra tout pour c’t’après-midi.

 Le Groumeur (déconfit) genevois.

15:01 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Les suisses ont en effet toutes les raisons du monde pour enfiler eux aussi des gilets jaunes! L'immoralité de notre système bancaire et l'incapacité de nos gouvernements à taxer les multinationales et les GAFA! Tous ceux qui vont en permanence sur internet, qui y font tous leurs achats, mettent en danger leurs propres emploies! Et acceptant que ces entreprises, qui sous payent beaucoup de leurs employés, fassent des bénéfices colossaux sans payer d'impôts nul part, ils participent à l'appauvrissement en continue de l'ancienne classe moyenne qui se paupérise toujours plus! "Les gilets jaunes" demandent en premier que nos gouvernements moralisent et normalisent tout ce commerce! L'iphone qui a contaminé près de 94% de la populations de nos pays, est un formidable outils de manipulation en plus il touche toute la population des plus pauvres aux plus riches! Avec quel danger pour notre santé, là on se passe bien de nous le dire!

Écrit par : Dominique Degoumois | 14/12/2018

"Cette France des Sans-dents, cette France des gilets jaunes doit nous indiquer le risque d'une future Suisse d'en bas."
Un futur très proche et même imminent pour certains.

Écrit par : Mère-Grand | 14/12/2018

Vraiment éclairant et très bien écrit! Merci

Écrit par : Cricri | 17/12/2018

Je n'ai qu'un mot à dire: BRAVO

Écrit par : Mireille Lanz | 17/12/2018

Les commentaires sont fermés.