On nous prend pour des c... et nous le sommes

Imprimer


De bleu, de bleu...!
Z'avez vu les chiffres? - nous a balancé courroucé Julot c'matin - alors que nous avalions nos Alka Seltzer après les ribouldingues du premier de l'an.

- Y a 107 145 nières à G'nève qui doivent se faire aider pour payer leurs cotis à la caisse maladie et moi j'en fais partie après une vie de turbin et des chagnottes bouffées par le mildiou -

On n'aurait p't'être pas dû rigoler quand il a desserré ses mandibules pour nous montrer ses molaires déglinguées et ses canines pourries; mais ce fut plus fort que nous, on s'est bidonné jusqu'au moment où il a tenu à préciser que sa caisse maladie ne souhaitait pas participer au ravalement de son dentier. Là on a moins rigolé, surtout ceux qui n'osaient plus ouvrir leurs grandes gueules de peur que l'on observe leurs caries.

De Bleu, de bleu...!

C'est à partir de cette révélation que la mère patrie Helvetia en a pris pour son grade et que les digues du Pont de la Machine ont failli lâcher sous nos imprécations. Chacun y est allé de son histoire. Tout y est passé: les médocs suisses payés dix fois moins chers au Maroc, le prix du logement, le Paris Match à cent sous alors qu'il coûte trois balles en France, deux gobelets de mauvais cahoua à neuf francs soixante dans les CFF qui te piquent deux cents francs pour un aller et retour en seconde classe avec Bobonne quand tu vas visiter tes copains à Zuric ( c'est comme ça que la Julie écrivait Zürich il y a quelques lustres), le croissant à un balle dix ronds, j'en passe et des meilleurs.

Quand Jean-Claude est intervenu on était déjà littéralement sur le cul. Il nous a achevés en nous montrant sur sa turlute électronique un site qui s'appelle baromètre des prix, ou un nom comme ça. Les gonzes, y z'ont comparé trente deux mêmes produits achetés dans les coopératives suisses et franchouillardes. Trente-six pour cent plus chérots à G'nève qu'à Annemasse...

- Ouais mais vous gagnez plus de pognon chez vous, on peut pas comparer - a voulu conclure un pote d'Annecy qui travaille aux TPG et qui, le badinguet, ne devait pas s'en souvenir...

Bref! pour un apéro du 2 janvier c'était pas vraiment jouasse.

Ce fut encore moins jouasse quand un gusse m'a suggéré d'écrire ce blog.

Dont acte

Et ce sera tout pour aujourd'hui à part la formulation de mes voeux les plus sincères pour une année pleine de Maudet, de Barrazone, de traversées de la rade et de toutes sortes de genevoiseries dont nous raffolons.

Le Groumeur genevois.

Lien permanent Catégories : Humeur 4 commentaires

Commentaires

  • La solution ? Ouvrir la frontière à tous les plombiers polonais du monde. Les prix vont baisser. Ils sont d'accord, vos copains de bistrot ?

  • On a déjà ouvert la porte à presse eu tous les "livreurs" et "routiers" de l''Est ce qui met au chômage au moins 55% des "livreurs" et "routiers suisses" dans l'indifférence de tous nos politiques et des syndicats! Et les patrons en redemandent puisqu'ils les payent au tiers des salaires suisses, y'a bon y'a bon!

  • Il existe une soixantaine de caisses maladies en Suisse qui pratique la LAMAL, donc 60 Directeurs/CEO, (sans compter les membres de direction et conseils d'administration), qui gagnent chacun entre FS 400 et 800'000.- par année.

    Avec une caisse unique par canton, donc euh 26, et des salaires ne dépassant pas ceux de nos conseillers fédéraux, combien de subsides payés sans faire appel à un plombier polonais ?

  • Les commissions d’acquisition.
    "Au total, en 2016, les assureurs maladies ont dépensé plus d’un demi-milliard de francs pour des commissions d’acquisitions. Sur ce montant, seuls 33 millions ont été affectés à l’assurance de base. Toutefois, la distinction entre l’assurance de base et l’assurance complémentaire n’est pas toujours si stricte dans la pratique."

    Si stricte, genre Guillaume et sa compta à la carte ?

Les commentaires sont fermés.