Je reviens de Doubaille

Imprimer

De bleu, de bleu...!

Je reviens de Dubaï les gars. Ouais! de Dubaï. Et j'en ai pris plein la tronche. J'vous raconte:

J'y ai été invité par un Sheik sans provision à qui j'avais payé la tournée dans un troquet de la Vieille-Ville alors qu'il hésitait entre la fondue et la raclette. Du coup, promis, j'ai tout payé de ma poche trouée.

Le Sheik en question, Abd Al-Mouqit de son prénom, m'avait donné le choix entre Dubaï et Abu Dhabi. Comme vous me connaissez j'ai préféré Dubaï pour éviter les "qu'en-dira-t-on" ou les "Ah, toi aussi! Abu Dhabi?" Les gens sont si méchants.

Si tu viens - m'avait-t-il dit - je te ferai visiter ma ville dans ma Lexus (qui, comme vous le savez, est à la Toyota ce que Poggia est à Maudet).

Eh bien pour une visite ce fut une visite.

Dès l'aéroport t'es dans un autre monde. Il y a du marbre partout et une noria de mecs qui l'astiquent en permanence. Et c'est partout pareil. Centres commerciaux, métro, tram, monorail, bâtiments, rues, centres de loisirs, parcs... tout est nickel. Pas un tag, par un graffiti, pas un papier, un mégot ou un infâme chouimmegomme par terre. Même topo dans les cabinets publics où s'affairent en permanence des dames pipi venues d'ailleurs.

Question architecture tu te dis qu'on est les derniers des bobets à Piogre où, pour planter un clou, il te faut un dossier béton et une patience à toute épreuve.
Traversée de la rade? On s'écharpe là-dessus depuis 1896 et même Cricri Grobet s'y était opposé il y a une trentaine d'années, à l'époque Dubaï n'était encore qu'un presque désert. Un étage de plus sur les immeubles? Là-bas tu vas voir l'un des copains d'Adb Al-Mouqit avec ta belle cravate et ton costard du dimanche et t'obtiens l'autorisation pour une tour de 148 étages aussi vite qu'un conseiller d'Etat sa retraite à vie.

Il y a même une piste de ski avec tire-fesses et télésiège. J'te jure! La neige est aussi bonne qu'à Saint-Cergue quand il y en a et qu'il fait froid.

Trois jours de virée qu'on a faits avec mon pote le Sheik. Il m'a tout montré, la palmeraie géante construite sur la mer, les mosquées, l'aquarium, les souks. Du coup, je lui ai promis que lorsqu'il reviendrait dans notre bonne ville je lui expliquerai ce qu'est la démocratie bureaucratique, les chausse-trappes des lois et règlements et pourquoi chez nous c'est si sale et peinturluré.

Et lundi je reprends le turbin.

Le Groumeur genevois

Lien permanent 1 commentaire

Commentaires

  • En 1954/55 Genève n’avait rien à envier à l’a propret de Dubaï ! Et pour la retrouver, vous devriez aller à Berne.... y emmener votre pote le Shek! lui faire visiter ne serait-ce que l’hôpital des animaux.... deux bâtiments: pour petits animaux et grands animaux et tout aussi i incroyablement surprenant la liste des vétérinaires spécialisés !? Et je ne parle pas de la gentillesse des gens rencontrés lors de mon aller/retour dans cette ville où même l’air est vivifiant!

    Je ne puis que vous donner raison pour la construction de Dubaï! Ce ne sont pas les vidéos et images qui manquent pour le prouver!

Les commentaires sont fermés.