08/04/2017

Les jolis morts et les vilains morts

De bleu, de bleu… !

V’là mon neveu qui toque à ma porte sur le coup de neuf heures ce matin avec une requête qui provoque presque aussitôt de solides embrouillamini dans mon cortex légèrement ankylosé.

 « Dis Tonton, je dois faire un devoir pour le collège et tu devrais pouvoir m’aider, toi qui as fait plus de mille jours de service militaire. »

« Un peu mon neveu ! » que je rétorque en le priant de s’installer sur la toile cirée de la cuisine tout en lançant, d’un air supérieur : « Alors de quoi s’agit-il ? »

« Voilà l’énoncé : Qui tape sur qui en Syrie et dites-nous pourquoi »

Aïe ! (et de bleu, de bleu… !)

Bon, il faut te dire que c’est un peu comme chez nous, une majorité de sunnites, une minorité d’alaouites, quelques chrétiens, quelques Kurdes. Des gens qui ne s’aimaient pas vraiment avant la guerre mais qui se supportaient. Et puis il y a eu le printemps arabe dans les pays du Maghreb et l’idée d’avoir le leur pour une petite partie des Syriens, ceux que l’on appelle aujourd’hui les rebelles et que le président Bachar-al-Assad a décidé de mettre au pas. Aux rebelles se sont alliés des mouvements radicaux islamistes ou des terroristes souvent venus d’ailleurs, comme Daech ou Al-Nosra et cinq autres familles djihadistes qui adorent décapiter les mécréants.

« Tu m’suis ? »

Furieux contre le régime en place, un certain nombre de pays, et surtout la France d’Hollande ont pris fait et cause contre Bachar et souvent encouragé la rébellion. Jusqu’au jour où tout s’est compliqué. Les Iraniens, les Russes et quelques autres sont venus au secours du régime en place et déclaré la guerre aux rebelles et aux terroristes. Les Américains, qui adorent jouer à pan pan cul cul comme au Vietnam, en Irak ou en Afghanistan ont rejoint la coalition, mais seulement pour combattre Daech en donnant un coup de main aux Kurdes pourtant opposés au régime mais pas aux rebelles.

Tu m’suis toujours ?

Dans un premier temps ils ont fâché la Turquie et l’Arabie Saoudite, deux pays qui n’étaient pas trop favorables à Bachar.

« Dis-moi Tonton, j’viens d’entendre que Trump avait détruit une base aérienne syrienne dont les avions bombardaient les terroristes de Daech qui sont les ennemis de Trump et de Hollande. »

Là j’avoue que je ne savais plus trop quoi répondre. J’ai un peu étendu la mélasse de mes connaissances sur la tartine de mes explications lacunaires. Le pire, c’est quand mon neveu m’a posé une dernière question.

« Y a une différence entre les enfants tués par Trump lors du bombardement et ceux tués au gaz par Assad ? »

Oui mon neveu. Ceux de Trump et de Hollande sont de jolis morts et ceux de Assad ou de Poutine sont de vilains morts.

Et ce sera tout pour aujourd’hui.

Le Groumeur g’nevois.

12:48 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

27/02/2017

Mettan-psychose

De bleu, de bleu… !

J’aime bien le titre de ce bloguinet. Y m’est v’nu tout seul, comme ça, dès potron-minet alors que prenais mon ristrette en compagnie de la Julie et que j’y lisais les tourments de Windish (Ki croit plus à rien) et ceux de Mettan (Ki croit qu’en Poutine). Pour ceusse d’entre vous qu’auraient pas pigé, la métempsychose est le terme savant de réincarnation, un mot qui colle tout juste aux gars Mettan et Windish. Le primsse a un p’tit kékchose de Lénine mâtiné de Saint François d’Assise, le deusse est carrément Louis II de Bavière croisé de Kafka.

Or donc que reproche-t-on au gars Guy ? D’avoir reçu une breloque de Poutine ? Oui et alors ? Pierre Aubert le Neuche socialo a bien reçu la Légion d’honneur. Et rendons à Mettan c’qui est à Mettan. Contrairement à ses détracteurs y va jusqu’au bout de ses convictions et y s’avance pas masqué. Tiens ! T’as qu’à lire son blogue de défense. C’est plutôt convaincant.

Quant à l’Oueli, ça vaut p’têtre la peine de s’pencher sur certaines de ses thèses (pas celle où il sort les violons pour passer la brosse aux « médiaskipromotionnerontsondernierbouquin ») mais sa plaidoirie pour Poutine,  entendue ce ouikinde, est frappée de bon sens. Tézigue tu préfères qui pour te battre contre les chinetoques ou les trumpettistes ? Hollande le niolu ? Mugabe le dingo ? Jean-Claude Juncker alias trois décis? Moscovici dit tankiadupognonyad’lespoir? Tsipras dit kanyaplud’pognonyaleurope?

Comme dirait Bobonne : « Faut pas trop parler aux cons, ça les instruit. »

Et ce s’ra tout pour aujourd’hui.

Le Groumeur genevois

10:27 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | | |

12/02/2017

La téloche "veuve poignet"

De bleu, de bleu… !

J’ai beaucoup hésité sur le titre présidant à ces quelques lignes. La paraphrase étant à la mode, j’me suis dit qu’emprunter les chemins tracés par Rostand dans Cyrano serait une bonne manière de ne pas choquer le lecteur ou, au contraire le rendre viscéralement mal à l’aise. Or donc, empruntant à la tirade des nez, voici les titres que j’aurais pu choisir :

« A propos de la télévision actuelle on pouvait dire... Oh! Dieu!... bien des choses en somme.

Agressif: Moi, Monsieur, si je faisais une telle télé, il faudrait sur le champ qu’on la nommât masturbatoire.

Amical: Mais elle doit plaire sans doute, l’audimat la rendant propre au plaisir solitaire.

Descriptif:  La télé? C'est un acte primitif, c’est une jouissance égoïste, que dis-je égoïste, c’est du pur onanisme. »

Mais voilà ! Je ne suis qu’un groumeur g’nevois que n’aurait pas renié un supporter d’UGS ou de Carouge. Du coup, la veuve poignet pour décrire cette propension à faire des programmes populo où Drucker, non content de dire MOI JE, invite ses nièces et les animateurs des chaînes amies ou concurrentes, où les animateurs des chaînes amies ou concurrentes invitent Drucker pour parler de son spectacle, où Ardisson invite Boccolini qui invite Arthur, qui invite Nagui, qui invite Pujadas, qui invite Ferrari, qui invite Dave, qui invite Duconla joie…. Du coup disais-je, le PAF franchouillard commence furieusement à ressembler à l’étang de Narcisse.

Oh ! que t’es beau, oh qu’tes bon, oh ! que t’es génial. Tu r’prendras bien une p’tite turlute. Non pas besoin, j’viens de pratiquer la veuve poignet.

De bleu, de bleu… ! Y a que notre téloche romande qu’a pas (encore) sombré dans la masturbation. Dieu nous en préserve !

Bon c’est vrai qu’il nous reste Arte mais qu’est vachement difficile à placer dans la conversation !

Et ce s’ra tout pour aujourd’hui.

Le Groumeur genevois.

09:46 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | |