31/07/2017

Ségolène royalementgelée et les pôles

De bleu, de bleu… !

Envoyé par mon daron au-delà d’la grande gouille pour aller récupérer une idée amerloque de traversée d’la rade, j’ai failli piquer une crise. A peine installé dans mon estaminet californien avec chambre sur la piscine où s’ébrouaient deux gonzesses aux calebards aussi étroits que mes connaissances en arménien, j’ai vainement tenté d’introduire la prise de mon ordinateur dans la fiche électrique du mur. Que dalle ! Pas d’souci mon n’veu que j’me suis dit à moi-même dans la langue des canards (y avait plus de signes) ; prends ta trousse qu’ta préparée Bobonne ! Tu devrais y trouver tout l’attirail du parfait voyageur, du canif de la soldatesque aux fameux adaptateurs en plastoque qu’on trouve dans toutes les bonnes boucheries.

De bleu, de bleu… !

J’en ai sorti une quinzaine d’la trousse avec une petite liste amoureusement écrite par ma douce.

Pour le pays des Trumps tu prends le A ou le B, avec terre ou sans terre ( ?) (Franchement j’sais pas trop ce que vient fiche (électrique) la terre ici.)

Chez les Schtroumpfs européens, et pour quelques Africains tu prends le C qui pourrait aussi fonctionner en France si Macron n’a pas tout changé.

Dans le pays des vaches sacrées tu utilises le D. Tu peux pas t’gourrer, c’est celle qui a un point noir dessiné entre les deux bitognaux. (Un bitognal, des bitognaux)

Les E et F sont particulièrement réservés aux casques à boulons. Comme Angela Merkel, ils fonctionnent avec un clapet.

Le G, ah ! le G (Bobonne l’a écrit en rouge) quel orgasme que d’utiliser le G ! T’appuies dessus et tout s’illumine. Ces Rosbifs tout de même !

Fais gaffe à l’ H ! Il est coupant sur la tranche et ne s’utilise qu’en Israël.

T’auras pas besoin du I. Il ne sert que les Australiens et, d’ailleurs, j’ai pas été fichue d’en trouver un à la Placette.

Le J (ije) tu le connais. Nos zigues de Suisses on est les seuls dans l’monde à l’utiliser.

Chez les gonzes qui ont une p’tite sirène à poil dans leur joli port, tu lui branches le K ; tu verras l’effet !

Du côté des Italoches, c’est le L qui prévaut, le M c’est pour les Afrikaners et, enfin (merci Prévert), le N c’est pour danser la samba le soir à Copacabana.

De bleu, de bleu… !

J’viens d’passer une plombe à trier et j’suis pas foutu de trouver le fameux adaptateur de type A. Du coup j’vais devoir trouver un « Tool store » pas trop loin d’ma turne.

Ça m’fout dans une colère aussi noire que la rade dans la minute qui précède le feu d’artifice. Les Frouzes qui revendiquent le succès de la COP 21 et qui viennent de nommer la Gelée royale ambassadrice des pôles nord et sud, f’raient mieux d’faire activer l’adaptateur unique pour les pôles électriques, la même couleur pour indiquer les autoroutes, la conduite à droite unique, le même système de mesure et de vitesse etc. Là on d’viendrait vraiment écologique.

Sur ces entrefaites, je file à la boutique des outils en tous genres et j’vous laisse à vos occupations favorites.

A la r’voyure !

Le Groumeur genevois.

01:10 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

01/05/2017

Entrer dans la grande pétaudière

De bleu, de bleu… !

C'est le 1er mai et j'suis au turbin en train de siroter une pression. Même pas eu l'temps de passer à Cornavin pour acheter un brin de muguet pour Bobonne. J'ai une excuse qui devrait plaire à Ruetschi et à Mabut: j'avais hâte de lire la Julie. J'aurais pas dû!

Ça f’sait des lustres que j’avais perdu de vue François Cherix, le mec du NOMES (Nouveau mouvement européen suisse). J’croyais qu’il s’était réfugié au fin fond des pays baltes ou au Grand-Duché du Luxembourg. Faut dire qu’il s’était ramassé une telle dérouillée lors des votations sur l’Europe… Ben non ! J’viens de r’voir sa tronche joufflue et barbue dans les gazettes. Tout chenu kil est devenu le gonze ! Il ne lui manque que la boucle d’oreille et le capet d’armailli pour ressembler à un Uranais k’aurait émigré à Charmey ; y manquait plus qu’le son pour que j’m’étrangle complètement.

Pas rancunier pour un rond le François ou alors complètement barjot. Selon lui   « La Suisse doit impérativement stabiliser puis reprendre son intégration européenne (.) et choisir son camp face au nationalisme »

Y m’fait penser au petit tailleur de Londres qui, s’adressant à la cour d’Angleterre pour défendre ses propres intérêts dans une lettre pamphlet, écrivait : « Nous peuple de Londres… »

Va falloir k’il redescende de son botte-cul le Cherix d’ces damnés europhiles. Y paraît qu’on « perdrait notre temps en tergiversations diverses ». Tu les as vues où les tergiversations mon chocolat Cherix ? T’as d’jà entendu parlé du mot démocratie ? Tu sais, ce truc qui donne au peuple tout pouvoir ; même de dire non à la grande pétaudière.

Réjouissons-nous mes frères ! Le Cherix bibi va lancer une campagne à « grande échelle » de sapeur-pompier-ponne-œil. Ça va s’appeler « ChezMoiC’estl’Europe » un slogan que ne manqueront pas d’entonner les migrants des radeaux de la Méduse et les Ecossais en kilt.

Et chantons en chœur le pays romand… !

 

Le Groumeur g’nevois.

12:41 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

08/04/2017

Les jolis morts et les vilains morts

De bleu, de bleu… !

V’là mon neveu qui toque à ma porte sur le coup de neuf heures ce matin avec une requête qui provoque presque aussitôt de solides embrouillamini dans mon cortex légèrement ankylosé.

 « Dis Tonton, je dois faire un devoir pour le collège et tu devrais pouvoir m’aider, toi qui as fait plus de mille jours de service militaire. »

« Un peu mon neveu ! » que je rétorque en le priant de s’installer sur la toile cirée de la cuisine tout en lançant, d’un air supérieur : « Alors de quoi s’agit-il ? »

« Voilà l’énoncé : Qui tape sur qui en Syrie et dites-nous pourquoi »

Aïe ! (et de bleu, de bleu… !)

Bon, il faut te dire que c’est un peu comme chez nous, une majorité de sunnites, une minorité d’alaouites, quelques chrétiens, quelques Kurdes. Des gens qui ne s’aimaient pas vraiment avant la guerre mais qui se supportaient. Et puis il y a eu le printemps arabe dans les pays du Maghreb et l’idée d’avoir le leur pour une petite partie des Syriens, ceux que l’on appelle aujourd’hui les rebelles et que le président Bachar-al-Assad a décidé de mettre au pas. Aux rebelles se sont alliés des mouvements radicaux islamistes ou des terroristes souvent venus d’ailleurs, comme Daech ou Al-Nosra et cinq autres familles djihadistes qui adorent décapiter les mécréants.

« Tu m’suis ? »

Furieux contre le régime en place, un certain nombre de pays, et surtout la France d’Hollande ont pris fait et cause contre Bachar et souvent encouragé la rébellion. Jusqu’au jour où tout s’est compliqué. Les Iraniens, les Russes et quelques autres sont venus au secours du régime en place et déclaré la guerre aux rebelles et aux terroristes. Les Américains, qui adorent jouer à pan pan cul cul comme au Vietnam, en Irak ou en Afghanistan ont rejoint la coalition, mais seulement pour combattre Daech en donnant un coup de main aux Kurdes pourtant opposés au régime mais pas aux rebelles.

Tu m’suis toujours ?

Dans un premier temps ils ont fâché la Turquie et l’Arabie Saoudite, deux pays qui n’étaient pas trop favorables à Bachar.

« Dis-moi Tonton, j’viens d’entendre que Trump avait détruit une base aérienne syrienne dont les avions bombardaient les terroristes de Daech qui sont les ennemis de Trump et de Hollande. »

Là j’avoue que je ne savais plus trop quoi répondre. J’ai un peu étendu la mélasse de mes connaissances sur la tartine de mes explications lacunaires. Le pire, c’est quand mon neveu m’a posé une dernière question.

« Y a une différence entre les enfants tués par Trump lors du bombardement et ceux tués au gaz par Assad ? »

Oui mon neveu. Ceux de Trump et de Hollande sont de jolis morts et ceux de Assad ou de Poutine sont de vilains morts.

Et ce sera tout pour aujourd’hui.

Le Groumeur g’nevois.

12:48 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |