12/09/2018

Va-t-on débaptiser la rue Jean-Calvin?

De bleu, de bleu… !

Il a réussi son coup le gonze d’Outre Sarine ! V’là que les Quétoi ont déboulonné la plaque qui ornait l’Espace Louis Agassiz à l’Université de Neuchâtel. Le Staufifre en question s’appelle Hans Fässler et milite légèrement plus à gauche que les socialistes. Il a même été élu national,  ce qui lui a valu, il y a quelques lustres l’immunité alors qu’il était poursuivi pour divulgation de secrets militaires.

Mézigue je l’connais pas personnellement mais son pédigré de philosophe, de politicien, de guitariste, de cabarettiste et d’enseignant doit valoir le déplacement pour une bière avec lui au Stübli de Saint-Gall. Le Hans a passé une bonne partie de sa vie à dépeindre la Suisse comme un pays d’esclavagistes. En 2007 il a même lancé une campagne au titre évocateur : Démonter Louis Agassiz comme on dirait "Dénonce ton porc".

Pour ceusses qui n’auraient pas suivi l’actualité d’il y a deux cents ans, Louis Agassiz, Neuche de chez Neuche, s’était acquis une réputation mondiale par ses travaux sur l’existence d’un âge glaciaire préhistorique qui dégommait toutes les théories de l’époque et notamment celles défendues par Thomas Jefferson qui n’aimait pas, mais alors pas du tout, que l’on pût croire que Dieu avait oublié de nous raconter les effroyables catastrophes qui avaient précédé le déluge. Bref ! L’Agassiz était une sorte de génie de l’histoire de la terre que l’on récompensa aux Etats-Unis en lui confiant un poste à Harvard et, en Suisse,  en lui octroyant une montagne à son nom et un petit espace au pays du Sugus.

Bon, c’est vrai qu’il s’est un peu fourvoyé dans sa théorie contraire à celle de Darwin sur l’évolution et carrément planté dans celle des races ; de là à en faire une sorte de criminel intello...

Du coup, moi j’ai une trouille bleue !

Pour avoir fréquenté et martyrisé dans l’extase les bancs de bois du Collège Calvin, j’ai franchement les j’tons que le Fesse-l’air-le-badinguet, se mette à vouloir jeter un œil sur la biographie de Jeannot le réformiste et que l’on doive bientôt rebaptiser sa rue Christiane Brunner ou Lise Girardin.

Ah ! Jean Calvin, sa vie son œuvre, sa charité chrétienne. Je cite en vrac et de mémoire mitée : « Dieu requiert qu’il n’y ait point de femmes transgenres ; on doit lever la boue sur elles » « Femme adultère sera punie de mort, homme adultère sera mis au cachot pendant douze jours ».

Ah ! Jean Calvin. Avec  lui les sodomistes sont brûlés vifs, torturés, noyés. Avec lui la terre ne tourne pas autour du soleil et des sorciers propagent la peste en graissant les serrures avec une pommade confectionnée à base de cadavres.

Ah ! Jean Calvin. A Peney, il fait exécuter trente-huit idolâtres supposés.

A côté de lui le mec Agassiz n’est que louveteau de Baden Powell.

Hormis cette petite question aux redresseurs de torts anciens: Vous n’avez pas autre chose à f… ? ce sera tout pour aujourd’hui.

Le Groumeur genevois.

17:44 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | | |

01/09/2018

Haro sur le Maudet!

De bleu, de bleu… !

Il existe, dans les légendes de c’coin-ci de la Grande Gouille, des chasses fantastiques que menaient le Diable et ses légions, constituées le plus souvent de revenants patibulaires, dégouniousses et cruels. Les pauvres gonzes qui les subissaient n’avaient que peu de chance d’en réchapper. Dès qu’ils entendaient résonner le cri de Taïaut dans les forêts ou les coins sombres, ils pressentaient que le moment de la zigouille n’allait tarder.

Or donc, ce matin, après deux tartoches à la confiture, un œuf poché, trois croissants au beurre et la mine renfrognée de Bobonne parce que j’avais renversé sa chicorée sur la nappe blanche en papelard à fleurs de lys (c’est mon côté un peu snobinard), j’me suis lancé dans la lecture des canards et autres gazettes multi-médiatiques.

De bleu, de bleu… !

Kèsqu’il déguste le Maudet ! J’ai l’impression de replonger dans La Fontaine (dans celui-là t’en ressors tout sec)  et ses malades de la peste. Je cite de mémoire à peine mitée : « Haro sur le Maudet, ce pelé, ce galeux, d’où venait tout leur mal. »

A part Segond qui, faux j’ton comme pas deux, lui vient en aide par ces mots de grande tendresse paternelle : « Il a simplement commis une grosse bêtise. » (Avec des amis-gonzes comme celui-là, t’as pas besoin d’ennemis). A part Segond – disais-je donc -  c’est la curée (comme disait un ami pasteur). Passent encore les cris d’effroi d’Ensemble à gauche, PS, Verts et autre Mcg qui jouent au bilboquet en espérant que la bouboule s’empale enfin, mais le pire vient de son camp dans le genre : « Si on le déglingue, comment on se répartit ses abatis ? » C’est tout droit tiré du dicton franchouillard : « A défaut de frapper l’âne frappe le bât ».

C’est rigolo mais j’éprouve tout-à-coup une profonde sympathie pour le B(m)audet sur lequel tout l’monde tape à qui mieux mieux sans même savoir au juste ce qu’on lui reproche vraiment. J’ai même entendu dans le tram une gonzesse (brune pour une fois), qui n’avait pas vraiment compris de quoi parlait sa cope, dire sa pitié pour le pôvre Maudet qui serait à bout d’habits.

Bref ! Tout ça finira en eau de boudin de Carre-d’Aval à moins que, comme dans la fable « Sa pécadille fut jugée cas pendable » et qu’il en mourût.

Tiens bon Maudet !

 

Le Groumeur genevois

11:23 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | |

29/08/2018

Affaire conclue: Thierry Beccaro a fait un don à l'UNICEF

De bleu, de bleu...!

J'ai bien failli balancer ma téloche par la f'nêtre cet après-midi tandis que Bobonne, qui pourtant, avait un p'tit penchant pour le gonze, a été prise de nausées et risqué de dégobiller sur notre moquette rose de trente et un ans d'âge. Le gonze en question s'appelle Beccaro et anime quelques émissions pour les ménagères qui trompent le temps comme elles peuvent tandis que papy turbine.

Bobonne, qui fait partie de la cohorte d'icelles, m'avait à ce point bassiné que j'ai cédé et regardé avec elle un truc sur France 2: "Affaire conclue" qu'ça s'appelle. Des nières et de nièrettes anonymes tentent de vendre des vieilleries à des acheteurs antiquaires ou brocanteurs.

C'taprème y en a un qui a voulu fourguer une affiche des premières bicyclettes Peugeot, mais qui s'est fait rembarrer parce que son affiche était une simple reprode. Une autre a réussi à payer le permis de conduire de son p'tit fils en vendant un petit bronze assez coquet.

J'avoue, je confesse, que malgré mes attitudes de groumeur patenté je suis resté scotché comme un bourbon de dix ans d'âge, devant mon plasma coréen.

Or donc, tout se passait à merveille dans notre salon Louis Caisson, jusqu'au moment où a surgi dans l'émission le Beccaro en question. Larmoyant comme une crême anglaise qui aurait tourné bouillon de culture, le gugusse, est v'nu vendre une pièce de la monnaie de Paris, tirée à cent mille exemplaires à l'occase de la Coupe du Monde de foutballe de 1998 et d'une valeur de dix balles de l'époque.

C'est pour l'UNICEF, qu'il répétait le Beccaro. J'veux faire un geste, qu'il beuglait l'animateur, c'est une si belle cause, qu'il litaniait l'Italoche.

Furieuse comme un pou qui aurait dégringolé d'une touffe de tifs, Bobonne s'est ruée sur son ordi et découvert que le Beccaro serait le mieux payé des funambules franchouillards, posséderait une chaîne de restaurants, un parfum, un patrimoine immobilier, une ligne de vêtements, des royalties sur un bouquin pathétique; bref, il aurait amassé quelque quarante-six millions d'euros durant les douze derniers mois.

Et vlà un mec qui vient vendre une vulgaire piécette pour combler son orgueil et ses bonnes oeuvres sans songer un seul instant qu'il aurait p'têtre pu faire un chèque conséquent dans l'anonymat le plus strict.

Le pire, a conclu Bobonne, c'est qu'il a sûrement suscité des vocations et qu'on verra bientôt Drucker venir vendre la sonnette de son vélo pour les pauvres Rohingas et Line Renaud le slip qu'elle portait en 1945 aux Folies Belleville pour améliorer la diction des Cht'is.

Et ce sera tout pour aujourd'hui.

Le Groumeur genevois.

18:46 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |