31/07/2017

Ségolène royalementgelée et les pôles

De bleu, de bleu… !

Envoyé par mon daron au-delà d’la grande gouille pour aller récupérer une idée amerloque de traversée d’la rade, j’ai failli piquer une crise. A peine installé dans mon estaminet californien avec chambre sur la piscine où s’ébrouaient deux gonzesses aux calebards aussi étroits que mes connaissances en arménien, j’ai vainement tenté d’introduire la prise de mon ordinateur dans la fiche électrique du mur. Que dalle ! Pas d’souci mon n’veu que j’me suis dit à moi-même dans la langue des canards (y avait plus de signes) ; prends ta trousse qu’ta préparée Bobonne ! Tu devrais y trouver tout l’attirail du parfait voyageur, du canif de la soldatesque aux fameux adaptateurs en plastoque qu’on trouve dans toutes les bonnes boucheries.

De bleu, de bleu… !

J’en ai sorti une quinzaine d’la trousse avec une petite liste amoureusement écrite par ma douce.

Pour le pays des Trumps tu prends le A ou le B, avec terre ou sans terre ( ?) (Franchement j’sais pas trop ce que vient fiche (électrique) la terre ici.)

Chez les Schtroumpfs européens, et pour quelques Africains tu prends le C qui pourrait aussi fonctionner en France si Macron n’a pas tout changé.

Dans le pays des vaches sacrées tu utilises le D. Tu peux pas t’gourrer, c’est celle qui a un point noir dessiné entre les deux bitognaux. (Un bitognal, des bitognaux)

Les E et F sont particulièrement réservés aux casques à boulons. Comme Angela Merkel, ils fonctionnent avec un clapet.

Le G, ah ! le G (Bobonne l’a écrit en rouge) quel orgasme que d’utiliser le G ! T’appuies dessus et tout s’illumine. Ces Rosbifs tout de même !

Fais gaffe à l’ H ! Il est coupant sur la tranche et ne s’utilise qu’en Israël.

T’auras pas besoin du I. Il ne sert que les Australiens et, d’ailleurs, j’ai pas été fichue d’en trouver un à la Placette.

Le J (ije) tu le connais. Nos zigues de Suisses on est les seuls dans l’monde à l’utiliser.

Chez les gonzes qui ont une p’tite sirène à poil dans leur joli port, tu lui branches le K ; tu verras l’effet !

Du côté des Italoches, c’est le L qui prévaut, le M c’est pour les Afrikaners et, enfin (merci Prévert), le N c’est pour danser la samba le soir à Copacabana.

De bleu, de bleu… !

J’viens d’passer une plombe à trier et j’suis pas foutu de trouver le fameux adaptateur de type A. Du coup j’vais devoir trouver un « Tool store » pas trop loin d’ma turne.

Ça m’fout dans une colère aussi noire que la rade dans la minute qui précède le feu d’artifice. Les Frouzes qui revendiquent le succès de la COP 21 et qui viennent de nommer la Gelée royale ambassadrice des pôles nord et sud, f’raient mieux d’faire activer l’adaptateur unique pour les pôles électriques, la même couleur pour indiquer les autoroutes, la conduite à droite unique, le même système de mesure et de vitesse etc. Là on d’viendrait vraiment écologique.

Sur ces entrefaites, je file à la boutique des outils en tous genres et j’vous laisse à vos occupations favorites.

A la r’voyure !

Le Groumeur genevois.

01:10 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

15/06/2017

God save Michet ou les délices de l'actu

De bleu, de bleu… !

J’vous dis pas à quel point c’est chouettosse !

A la bourse des bonnes nouvelles le cours des marécages a encore grimpé. Tudieu mon n’veu ;  va falloir qu’on s’dégotte vite fait un nouveau calebard  pour la pêche aux lectrices de « Femina », un fusil à pompe pour donner un coup d’main aux p’tits cons qui assassinent leurs prochains et un contrat de mariage pour les parapentistes. J’t’explique :

C’était hier dans la salle d’attente (vachement longuette) de mon arracheur de dents d’la rue de Lyon. J’tombe sur l’hebdomadaire préféré de Bobonne et de ses copines. Femina ki s’appelle le canard. D’habitude j’y jette un œil aussi furtif que sur les talons aiguilles de Bribri Macron, mais là, j’en suis resté aussi baba qu’Ivana Trump découvrant l’Amérique. J’m’attendais, au pire,  à un cours de tricot du Larzac, à la confection d’un rôti à la mousse de bains ou à la nouvelle coupe de ch’veux de Nathalie Fontanet…  Que dalle ! Sur une dizaine de pages on m’a tout révélé sur la veuve poignet masculine, sur la beauté mystérieuse de la veuve clito, sur les missionnaires chopant des levrettes et sur les joujoux à jouir dehors ou dedans.

Y dorment ou quoi les défenseurs de la morale et les proques d’la république ?

Encore mieux : L’autre soir à Meyrin, dans le parking du centre sportif, y a un jeune gonze ki devait en avoir marre de sauter les haies en cuissettes, il a tenté (et réussi) la carambole d’un rival avec une bagnole suivie d’une roulade sur corps allongé. Un vrai chef-d’œuvre qui f’sait suite à la joyeuse prise de becs d’un couple de Lusitaniens ka fini à la morgue.

Mais le pompon d’la s’maine j’lai lu dans un boulevardier et découvert du même coup un nouveau mot : Le trouple.

Le trouple, ce sont trois gonzes (gay, gay, gay marions-nous !) dont l’union vient d’être célébrée officiellement en Colombie. Si, si ! Avec alliances, paperasses et tout l’bizenesse. Un vrai poème sorti tout droit de la littérature sodomique. Faut dire qu’un des membres du trouple s’appelle Victor Hugo Prada qui, à la sortie de la mairie, s’est écrié : «Nous voulions officialiser notre foyer, notre famille. Il n'y avait rien de solide légalement qui nous reconnaissait en tant que famille ».

Tu vas voir que dans quelques lustres on va célébrer l’union des nécrophiles avec leurs cadavres préférés, des mamies avec leurs caniches nains et des philatélistes avec leurs colombes de Bâle.

Et ce s’ra tout pour aujourd’hui.

Le Groumeur genevois.

11:23 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

26/05/2017

Bâlois 3, Valescos 0

De bleu, de bleu… !

J’y pensai dès l’aube à la rigolade et au foutage de gueule que mes potes g’nevois et mézigue on allait s’payer c’midi au bistroquet de la Queue-d’Arve en retrouvant nos Valescos découpités.

Vite fait sur le gaz, j’ai faussé compagnie à mon dirlo sur le coup de midi moins quart, sauté sur ma mobylette des années septante et m’suis retrouvé jouasse, devant un verre de Perlan, comme un caniche devant le postérieur d’une chihuahua portugaise. Le tout en cinq minutes chrono. 

Tu parles que j’voulais pas rater l’début ; déjà qu’ils nous avaient pompé l’air durant des plombes avec leur 14ème victoire de coupe contre les branleurs de Bâle.

T’aurais dû voir leurs tronches aux gulus d’Isérables, Vex, Ardon, Sion, Sierre et Tourtemagne. Tudieu l’enterrement. Pour t’faire une idée tu mélanges le faciès de Cyril Hanouna avec celui de Mimi Mathy, t’écrases le tout et tu t’retrouves avec les gonzes kétaient hier au stade de G’nève déguisés en rouge et fendant. Par charité humaine j’citerai par leurs patronymes ici, à part p’t’être Emery qui déteste Servette…et Savioz qui déteste Plan-les Ouates…et aussi Bonvin qui déteste Collex-Bossy... et aussi Fellay qui déteste Hermance.

Bref ! Z’avaient déjà la tête entre les fesses d’avoir un peu trop picolé au soleil durant la première mi-temps, et d’avoir pleurniché toute la nuit sur l’épaule de leurs bobonnes… z’ont vite compris qu’en matière de batoille et de grandes gueules, nous, les gonzes du bout du lac, on était imbattables.

Le plus poilant c’est quand Mimile a osé ramener sur la moquette (Y a pas d’tapis à la Queue-d’Arve) le fameux « esprit «  valesco ki ceci, ki cela… celui ki nourrirait au biberon les p’tits nières des maternités  entre Gletch et Le Bouveret. Julot a failli en perdre son clapoir supérieur Kukident tellement y s’bidonnait.  L’a sorti d’ses fouilles la liste des joueurs du mec Constantin et l’a lue en s’pissant littéralement parmi. « Tu veux dire Mitryushkin, Zverotic, Adao, Konaté, Lüchinger, Pa Modou, Ziegler, Salatic, Constant, Akolo ? Tous des bons p’tits gars élevés cathos, raclette et Johanisse? T'as raison, pour des Valescos, c'est des Valescos!

De bleu, de bleu… ! L’pinard a failli tourner  vinaigre. Heureusement on a été sauvés par le gong. Mécolle j’ai renfourché ma mob, redis salut à mon dirlo (un Vaudois de Tolochenaz) et m’suis r’plongé dans mon train-train d’turbin, priant l’p’tit Jésus que Saint-Gall les épargne bientôt en championnat ; sinon on risque de perdre à jamais nos joyeux boulistes du Rhône.

A la r’voyure.

Le Groumeur genevois

18:16 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |