Le groumeur genevois

  • Nécro folie

    Imprimer

    De bleu, de bleu… !

    Tandis qu’à Piogre, on se creuse encore le ciboulot pour savoir s’il était de bon ton de permettre le cimetière des Rois à Grisélidis Réal , écrivaine, artiste-peintre, belle de nuit combattante qui claironnait «  qu’une vieille pute ne baisse jamais pavillon » lorsqu’elle arpentait le pavé en compagnie de ses copines d’Aspasie pour défendre le plus vieux métier du monde

    Bref ! Tandis que les bien pensants font la gueule sur la question, nos voisins de la Macronxagone, tels les anciens Grecs, divinisent leurs idoles. Ce fut d’abord Johnny le rocker pour lequel Macron se fendit d’un éloge funèbre qui fit pleurer les fans et les fanées sur l’air du « pour qu’il ne meure jamais ».

    Belote avec Bébel l’acteur lors de la cérémonie aux Invalides, « Belmondo c’était un peu nous, en mieux ! » clama le Président avant de s’adresser directement au cercueil : « Adieu Bébel ».

    Rebelote avec Tapie, « l’homme aux mille vies » comme on l’a lu dans tous les canards. Là c’est pas les Invalides mais un stade de foot et trois jours de liesse populaire aux accents d’Adidas, du Crédit Lyonnais, de la prison des Baumettes, du Tour de France et d’autres peccadilles bokassiennes  que j’vous passe, qui saluent celui dont Macron prend congé par ces mots :  « le visage de la victoire s’en est allé. »

    J’adore nos copains Frouzes qui nous prennent souvent pour de tristes provinciaux  et qui chialent à la moindre disparition de leurs célèbres mortels.

    Ben va falloir vous munir de kleenex les gars !

    Z’avez pas fini d’entendre les éloges de votre président. Désolé de vous dire ça mais sa réélection ne faisant aucun pli je dresse ici une courte liste de ce qui vous attend lorsqu’il aura à prononcer d’autres mots pour (ce qu’à Dieu ne plaise trop vite) Delon, Bardot, Mireille Mathieu ou  Line Renaud.

    Et ce s’ra tout pour cette veille de week-end.

     

    Le Groumeur genevois

    Lien permanent 2 commentaires
  • Et que vivent les virus

    Imprimer

    De bleu, de bleu...!
    Apha, bêta, gamma, delta, poggia. ça c'est fait!
    Il nous reste à découvrir les variants epsilon, zêta, êta, thêta, iota, kappa, lambda, mu, nu, ksi, omicron, pi, rhô, sigma, tau, upsilon, phi, khi, psi et oméga.... sauf bien entendu si l'on passe ensuite aux caractères chinois.
    Et ce sera tout pour aujourd'hui.
    Le Groumeur genevois

    Lien permanent 0 commentaire
  • Gaffe les mecs ! Les amazones et les bien-pensants menacent.

    Imprimer

    De bleu, de bleu… !

    J’m’aperçois que ça fait des plombes que je ne vous avais pas écrit un petit mot. Faut dire qu’avec mes copains du boulingrin de la Queue-d’Arve, on avait pas mal de trucs à se raconter et pas mal de godets à écluser. Entre le masque, les auto-tests, les PCR, les piqouses et les visites à l’hosto pour prendre des nouvelles des gonzes sous oxygène on n’a pas chômé.

    Bref ! J’profite du jour où j’ai paumé mon pébroque quelque part entre le bistrot et la boulange et où j’me suis pris une roillée sur la tronche avant de rentrer à la turne, pour tapoter sur mon clavier quelques réflexions de bidagnole glandeur.

    J’ai vachement télé-travaillé ces dernières semaines, et pas seulement en suivant les fouteux suisses devenus héros pour s’être fait battre en quarts de finale .

    Alors gaffe les mecs ! Ce qui suit frise la sociologie de première bourre ; j’irai même jusqu’à dire qu’elle pourrait vous esquinter ce qui vous sert de cervelet.

    Comme dirait mon pote Julot : « Tézigue tu t’es pas encore rendu compte à quel point les amazones et les bien-pensants sont en train d’nous botter l’cul. Tu verras, dans quelques temps les bonnes femmes auront réussi leur coup et obtenu la retraite en même temps que nous, le service militaire obligatoire et toutes sortes de privilèges jusqu’ici masculins.»

    L’a raison Julot, durant mes fines observations de télétravail, (et pas seulement sur la téloche romande) zapette en main droite, sandwich en main gauche, j’ai pu constater le « à quel point » la société évoluait « positivement ». Tu veux des exemples ? Adepte des séries, je constate qu’y en a plus une où t’as pas un africain, un afro-américain et un asiatique qui partagent le castingue. Ça s’appelle la non-discrimination. Même topo pour les LGBT (Lesbiennes, gays, bisexuels et transgenre) qui se roulent des pelles à tout va dans les feuilletons de famille. Mais le pompon revient à l’égalitarisme : moins de chroniqueurs et des tapées de nanas permanentées qui s’la jouent viriles pour faire comme les mecs.

    Le plus bidouillant c’est le podiûme du Tour de France. Finie l’époque des deux jolies gonzesses qui collaient du rouge à lèvres sur les joues dégouniouzes des vainqueurs d’étapes. C’t’année ce sont un gusse et une donzelle, masques sur la tronche, rigides comme des piolets qui se tiennent à distance du gars à bretelles.

    De bleu, de bleu… j’vous l’dis moi les mecs. Le monde change et j’suis pas sûr que ce soit en mieux.

     A part ça, au risque de passer une fois de plus pour un bobet, j’dois dire que j’comprends plus grand-chose au Covid. Quand j’ai eu mes deux piquouzes on m’avait juré les grands dieux que ce serait pour le bien de la planète et que bientôt plus personne n’appellerait le 144 pour un transport à l’hosto.

    Or, aujourd’hui mon toubib me dit que j’aurai peut-être besoin d’une troisième dose car on s’rait à la veille d’une nouvelle vague. Allez comprendre !

    Et ce s’ra tout pour aujourd’hui.

     

    Le Groumeur genevois.

     

    Lien permanent 2 commentaires